Festival International de Carthage 2012

Sept créations défileront sur les cimaises du théâtre antique à Carthage, le 19 juillet, et Mokded, un artiste que le labeur ardu ne rebute point, sera en soirée avec son air à  ne pas trop en faire des artistes qui travaillent  dans la solitude et le silence de la création… Cet être-là, d’un calme olympien, estime que «le temps résout tout, défonce les frontières des moyens pécuniaires, à force de volonté de bien faire», nous pensons  à ces mots de Baudelaire «de la boue, j’ai fait de l’or»
Cet homme que rien ne semble ébranler tout en-dedans, a ces voix caméléon avec une touche bien à elle… «Khrafa», «ghroudhat», «min hobek», «alech» au programme de cette soirée d’un chanteur-compositeur dont  les paroles la musique et le chant  laissent rarement indifférent…

Voyage dans un cursus assez étonnant

Mokdad Shili a entamé son initiation au chant coranique (l’équivalent du gospel), dit-il, à l’âge de 6 ans à l’école où enseignait son père.
A 12 ans, il fait partie du club de musique de son lycée et se fait remarquer rapidement par ses professeurs. 
En 1980, devenu étudiant à la faculté de droit et des  sciences politiques et économiques de Tunis, il poursuit ses études de musique avec l’illustre Ali Sriti, maître de chant et Ahmed Kalaï, professeur de luth, tous deux participent pleinement à «mon évolution …».
Sollicité par les groupes professionnels, il se produit dans de nombreux festivals et  réalise dans un grand studio son premier enregistrement  audio accompagné par l’orchestre de la  radiotélévision tunisienne. «Une variation d’improvisations musicales avec les poèmes des plus grands poètes des 17ème et 18ème siècles». 1987 marque sa première rencontre avec George Wassouf qui a profité de sa tournée en Tunisie pour interpréter pour la première fois une chanson écrite et composée à son intention par l’artiste …
En 1988 Mokdad, enregistre une deuxième cassette audio, cette fois à titre d’auteur-compositeur-interprète  Kharafa. Invité sur tous les plateaux de télévision et devant tous les micros radiophoniques de Tunisie, il se produit cette année-là en Algérie et en Allemagne.
En 1994, lors d’une tournée au Maroc, il compose deux chansons pour la grande vedette  marocaine Hayet Idrissi.
Après son quatrième album ( Musique d’aujourd’hui ) paru en 1995, il décide de prendre un nouveau tournant qui lui permettra d’approfondir sa recherche musicale au niveau des paroles, de la composition et de l’interprétation, décidant de s’éloigner de la structure musicale conventionnelle. Il ressent  le besoin d’un changement profond et d’une plus grande ouverture sur l’extérieur (après deux ans de recherche), il sort une nouvelle création «Rimmel, une musique empreinte de notes traditionnelles et modernes; un mélange savamment dosé , une mélodie nouvelle et intense enrichie par des poèmes du fin fond du sud tunisien». Un groupe paraît pour donner vie à ce travail (New Music), un groupe qui va surprendre et charmer en même temps, c’est le succès immédiat et le tour des festivals en Tunisie ( été 98 ). 
Dans un but de développer davantage cette nouvelle expérience, Mekdad Shili a décidé de passer quelque temps à l’étranger, et choisi de s’installer en 1999 à Montréal, ville multiethnique par excellence, dans l’espoir de donner davantage libre cour à son inspiration de vivre une expérience musicale enrichissante et originale et  la concrétiser par la sortie d’un CD.  2001  il s’est produit au Festival International du Jazz de Montréal accompagné de son groupe (NEW MUSIC). Retour en Tunisie pour renouer avec son public, se produit au Festival International de Jazz de Tabarka. 
En 2005: son opérette «Histoire d’amour» texte de  Hanan Kom, obtient le grand prix du festival de la musique Tunisienne …
2008: est une  année importante pour l’artiste; parution  l’album «Film»  fruit d’une longue recherche sur la musique Tunisienne traditionnelle. 
2009:  épousailles entre le Jazz et la musique sacrée….
«Khrafa», «men hobek», «egroudhat», «terroir», «Zohra», «alech» …autant de chansons et d’autres pour cet arpenteur  des grands schlems….

Laissez votre pensée